Actualités

#Esanté : les objets connectés vont-ils nous transformer en cyborg ? 11 décembre 2015

Les exosquelettes deviendront de véritables assistants pour les personnes en perte de mobilité selon le Syntec Numérique. Mais ce n’est que l’une des technologies numériques au service de l’accompagnement quotidien des patients et des seniors.

Comment suivre à distance les personnes en insuffisance cardiaque et réduire leurs hospitalisations ? La réponse a été trouvée avec l’expérimentation CardiAuvergne.   800 personnes ont été concernées par ce suivi à domicile via une plate-forme numérique de télésurveillance et de coordination des professionnels. Résultats : les réhospitalisations et hospitalisations d’urgence ont été divisées par 2 en 1 an. Pour illustrer le potentiel de la télémédecine et des objets connectés « une rupture majeure », cet exemple est cité dans le livre blanc sur la Silver Economie du Syntec Numérique.

Cette évolution pour les personnes en perte d’autonomie et de mobilité participe aux souhaits de la quasi-unanimité d’entre nous de vivre à domicile les périodes de convalescence et nos 3 phases sénior : active, fragilisée puis dépendante, selon la classification d’Orange Healthcare.

Les bracelets ou pendentifs avec GPS sont déjà monnaie courante pour les personnes atteintes d’Alzheimer. Reliés à une centrale d’écoute, il permet à ces patients de bouger hors de leur résidence, sur une zone qui peut être délimitée ou non et de les géolocaliser s’ils se perdent. Ce type d’accessoires connectés à un système d’alerte offre aussi la possibilité aux patients de contacter un service ou un aidant en cas de malaise ou de chute.

« Ces objets connectés sont liés au domicile (détecteur de sécurité, d’intrusion, d’incendie…), à l’environnement du bénéficiaire (qualité de l’air, pilotage de la température des pièces…) ou à sa personne (smartphone pour le suivi du rythme cardiaque, tissus connectés qui mesurent l’effort physique…). Passifs ou actifs, ils permettent une réaction d’un tiers (détection de la perte d’autonomie via actimétrie, par signature électrique des objets, par détection de la qualité de la voix ou de la qualité des échanges téléphoniques) ou l’appréhension de la personne elle-même (par exemple suivi du diabète). Ils permettent l’alerting ou la prévision. » Syntec Numérique