Actualités

Quatre projets e-santé visent à améliorer le parcours des patients atteints de tumeurs endocrines 22 septembre 2016

Quatre solutions en e-santé destinées à améliorer le parcours de soins des patients atteints de tumeurs neuroendocrines (TNE) ont été sélectionnées à l'issue du hackathon, Net Patient Accelerator, organisé par les laboratoires pharmaceutiques Ipsen France. Le hackathon a rassemblé sur 48 heures soixante-sept participants organisés en vingt-quatre équipes réparties en deux catégories : les hackers d'un côté et les start-up de l'autre. Comme le rappelle Ipsen dans son dossier de presse, l'objectif du hackathon était de répondre aux besoins non satisfaits des patients atteints de ce type de tumeurs à la fois dans leur prise en charge mais aussi dans leur confort de vie. Ce projet, rappellent les laboratoires, a été mené en partenariat avec les membres des associations de patients.
À l'issue de ces deux jours, vingt-trois solutions ont été présentées à un jury qui a sélectionné les gagnants en fonction de quatre critères : une équipe motivée, un produit au service innovant, qui répond aux besoins des patients et qui soit unique. Les quatre projets sélectionnés ont passé deux mois en incubation au sein du Net Patient Accelerator pour accélérer leur développement. Le 23 juin, une réunion démonstration a été organisée avec de potentiels futurs investisseurs qui ont fait part aux équipes de leurs retours et conseils. Ipsen leur propose ensuite, dès qu'elles seront prêtes, de lancer une campagne de crowfunding sur la plateforme Wellfundr.

Les quatre projets sélectionnés sont :

  • le projet Bress (catégorie start-up) : une plateforme de télé-expertise conçue par une équipe de cinq personnes pour faciliter les échanges entre médecins et la communication avec les experts de la pathologie dans le but d'optimiser la prise en charge des patients atteints de TNE ;
  • le projet Myrobotics (catégorie start-up) : un électrogustomètre développé par une équipe de deux personnes pour mesurer les troubles du goût liés aux effets secondaires de médicaments anticancéreux ; le projet, Mygus, vise à étudier et suivre les troubles gustatifs des patients atteints de TNE pour ensuite adapter les posologies et améliorer la qualité de vie ;
  • le projet Symio (catégorie hackers) : une application d'assistance au diagnostic par le biais de questions automatisées dans une application smartphone destinée à être utilisée à la fois par le médecin et le patient, son but est d'affiner les symptômes pour obtenir un diagnostic plus précoce de TNE ;
  • le projet Zebria (catégorie hackers) : un assistant personnel intelligent qui aide les patients atteints de maladies chroniques et rares dans leur parcours de soins via une reconnaissance vocale qui leur permet de garder un historique de leurs problèmes de santé.

Source : Hospimédia, le 22 Septembre 2016