Actualités

Un lobby pour les start-up de la e-santé 17 décembre 2015

Depuis quelques années, le secteur de la santé se transforme sous l’effet des progrès des technologies et de la révolution numérique, qui touche tous les secteurs. Le corps connecté et la digitalisation du rapport entre le patient et le soignant n’en sont qu’à leurs prémisses. Ce nouveau secteur, baptisé la santé connectée, représente une formidable opportunité pour de nombreuses startups, qui rêvent d’ “ubériser” la santé comme Airbnb l’a fait pour l’hôtellerie et Uber pour les taxis.
Pour que la France ne rate pas le virage naissant du numérique dans la santé, les startups bleu-blanc-rouge ont décidé de se réunir pour “développer la filière“. Ce mercredi, 59 d’entre elles ont dévoilé l’association France eHealthTech, fondée officiellement le 28 septembre dernier. L’objectif : fédérer les pépites françaises du secteur pour renforcer leur visibilité auprès du grand public et influer jusqu’au plus haut de niveau de l’Etat pour faire entendre leurs intérêts. “Cela nous permettra aussi d’échanger nos expériences et de partager notre réseau entre nous”, explique Guillaume Marchand, le président de l’association. Ce médecin-entrepreneur a fondé sa startup, dmd Santé, en 2012. Il s’agit de la première plateforme d’évaluation des applications mobiles et des objets connectés de santé. “J’aurais aimé rencontrer mon “moi” d’aujourd’hui à l’époque, cela m’aurait évité quelques erreurs !”, sourit-il. L’association espère donc le “décloisonner” en regroupant à la fois les startups innovantes mais aussi les entreprises de taille intermédiaire, les grands groupes, les pôles de recherche et de compétitivité, les clusters, les acteurs financement, les représentants des professionnels de santé mais aussi les patients et les usagers. Les 59 startups adhérentes (pour 90 euros par an) représentent un spectre très large de solutions de e-santé innovantes. Withings, connu pour ses balances et son tensiomètre connecté, en fait partie, tout comme Doctolib, le leader français de la prise de rendez-vous médicaux en ligne. L’association abrite aussi des startups proposant des solutions pour le personnel soignant, à l’image de Diagnologic.com, une aide à la décision pour les radiologues grâce à l’analyse des données), ou encore 360 medical, une bibliothèque médicale numérique pour rechercher des informations médicales. Avec une moyenne d’âge de 2 ans et 4 mois, les membres de France eHealthTech représentent 731 emplois et se déploient sur 10 des 13 régions françaises, à l’exception des Pays-de-la-Loire, du Centre et de la Corse. Source