Actualités

Un accès aux soins toujours plus difficile 24 mars 2017

L'étude de l'Observatoire Jalma/IFOP sur l'accès aux soins confirme l'allongement des délais pour obtenir un rendez-vous chez les médecins spécialistes, toutes spécialités confondues.

Quatre mois pour un ophtalmo, plus de deux mois pour un gynécologue ou un dermatologue… Obtenir un rendez-vous rapidement chez ces spécialistes, en ville, à l'hôpital ou dans les cliniques privées n'est pas si simple. Et cela s'accentue depuis 2011, date du premier sondage de l'Observatoire Jalma réalisé par l'IFOP. Pour les 1 010 personnes interrogées en ligne*, cela relève même du parcours du combattant. Sondées sur leur perception de l'évolution du système de santé, 62% des personnes estiment que la médecine de ville se dégrade tout comme l'hôpital public (68%). Pour ce dernier, c'est d'ailleurs moins la qualité des soins ou le maillage territorial qui pêchent que les délais d'attente (63%) et la disponibilité du personnel (54%). Côté médecins libéraux, là aussi, les délais s'allongent (66% des sondés).

En 2017, il faut compter 117 jours pour avoir rendez-vous avec un ophtalmo (104 en 2012), 68 jours avec un gynécologue (55 en 2012), 64 jours avec un dermatologue (41 en 2012) et 53 jours avec un cardiologue (38 en 2012). Et la situation est identique à l'hôpital… Une raison mise en avant dans la décision de renoncer aux soins pour 65% des personnes interrogées par Jalma.

Source