La Fondation Médéric Alzheimer publie le 1er Baromètre « Risque de perte d’autonomie et comportements des Français » - Clubster Santé

Les nouveautés :
- Partagez votre actualité et accédez facilement aux actualités du réseau
- Mettez en valeur votre entreprise, vos produits et services
- Retrouvez les contacts de chaque adhérent du réseau
- Participez aux projets collaboratifs via des groupes de discussion thématiques

Pour y accéder, rien du plus simple :
votre identifiant et mot de passe restent inchangés !
Besoin d’aide ? Consultez notre tuto My Clubster

Pour plus d’infos contactez-nous ! (contact@clubstersante.com ).

Actualités

La Fondation Médéric Alzheimer publie le 1er Baromètre « Risque de perte d'autonomie et comportements des Français » 02 mai 2016

Aujourd’hui 1.2 million de Français sont en situation de perte d’autonomie. Ils seront plus de 2 millions en 2040, du fait de l’allongement de la vie, de l’augmentation du nombre des personnes âgées et celui des personnes atteintes de maladies neurodégénératives.

L’accompagnement des personnes en perte d’autonomie est donc, plus que jamais, un défi majeur pour nos sociétés. Face à ce constat, la Fondation Médéric Alzheimer publie les résultats de son enquête nationale PATED 2, menée en collaboration avec TNS-Sofres et l’Ecole d’Economie de Paris Préférences et patrimoine face au temps et au risque dépendance. Cette enquête inaugure un baromètre « Risque de perte d’autonomie et comportements des Français » dont l’objectif est de suivre l’évolution dans le temps des attentes, préférences et comportements des Français face au risque d’être un jour dépendant et les stratégies patrimoniales développées pour y faire face.

Perte d’autonomie : un risque de dépendance encore peu pris en compte par les Français

Les principaux résultats de l’enquête PATED 2, réalisée auprès d’un échantillon représentatif de la population âgée de 50 à 79 ans, montrent que le risque de dépendance n’est pas aujourd’hui encore pris en compte par une proportion importante de nos concitoyens.

  • 63% déclarent ne pas être du tout préoccupés par ce qu’ils deviendront après 80 ans
  • 42 % ne souhaite pas entendre parler du risque d’être un jour dépendant
  • 27% pensent qu’ils ne seront jamais dépendants

Néanmoins, les personnes confrontées à la perte d’autonomie dans leur entourage sont davantage sensibilisées et envisagent plus fréquemment la possibilité d’être elles-mêmes un jour dépendantes.

La dépendance se caractérise par un décalage temporel important entre le moment où l’on s’assure et celui où le risque de survenue est fort (20 à 30 ans)