Actualités

Les médecines douces s'imposent à doses homéopathiques 10 avril 2017

Depuis quelques années en France, les médecines douces commencent à s'imposer. Dans le Montreuillois, si certaines disciplines sont quasiment aux abonnées absentes, les ostéopathes sont plutôt bien représentés. Et à Hopale, l'hypnose n'est plus un tabou. (…)

À la fondation Hopale, à Berck, Adrien Fontaine a été embauché comme ostéo dans le service cardio-respiratoire. «  Il y a encore une dizaine d'années on pouvait ressentir des réticences de la part des professionnels. Cela semble derrière nous. Les jeunes médecins n'hésitent plus à prescrire des séances d'ostéothérapie  », souligne le praticien.

Dans le Montreuillois, le nombre d'ostéopathes est plutôt élevé. On en compte une bonne dizaine. C'est loin d'être le cas de la phytothérapie, de la luminothérapie… Sur Internet, nous n'avons trouvé aucun représentant de ces professions.

L'hypnose est également assez confidentielle. Même si elle a réussi à pousser les portes de l'hôpital. Toujours à Hopale, Amélie Gressier et Aurore Demoulin sont infirmières. Elles se servent de l'hypnose avec les enfants qu'elles soignent pour diminuer la douleur.

Dernièrement, un jeune patient qui a bénéficié de la pose d'un halo crânien sous hypnothérapie afin de réduire la quantité de médicaments antalgiques. «  Une opération comme ça sous hypnose, cela reste un cas exceptionnel, précise Amélie Gressier, formée il y a quatre ans à l'hypnoanalgésie. L'utilisation la plus courante permet soit de diminuer la part de produits anesthésiques classiques soit de faire baisser le stress lié aux soins. » L'enfant sous hypnose, grâce à des techniques de relaxation, entre dans une sorte de bulle qui atténue son appréhension liée aux piqûres, aux pansements et autres. «  De plus en plus de parents ont recours à nous, témoigne Aurore Demoulin. Les gens commencent à comprendre que cela n'a rien à voir avec l'hypnose de spectacle. »

Source : La Voix du Nord, le 9/04/2017